Attention : Des nuits inférieures à 8 heures peuvent entraîner des risques et des problèmes pour la santé.

Les besoins en sommeil sont très différents d’une personne à une autre. Pourtant, il est fortement recommandé, pour un adulte, de dormir 8 heures par nuit pour jouir d’une bonne santé. Une enquête de l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance a révélé qu’un Français sur trois souffrait de troubles du sommeil en ayant moins de 7 heures de sommeil par nuit.

Certaines personnes écourtent délibérément leurs nuits mais, en privant leur corps de ce temps de récupération, elles s’exposent à certains risques.

Temps de réaction plus long :

Une personne en manque de sommeil aura un temps de réaction augmenté en réponse à un stimulus ou pour agir face à un danger. Les ouvriers ou les chauffeurs privés de sommeil, par exemple, auront une nette diminution de leurs performances cognitives. Une étude a établi qu’une personne réveillée depuis 17 à 19 heures possède un temps de réaction 50 % plus long que celui d’une personne ayant une alcoolémie d’1g/L.

Diminution des performances cognitives :

Une seule nuit d’insomnie suffit à impacter négativement la capacité d’analyse et de traitement d’une information. L’Université de Pennsylvanie a mené une expérience sur des souris soumises à des périodes prolongées d’éveil. Ces animaux ont souffert de lésions au niveau de certaines cellules nerveuses du cerveau, responsables de la vigilance.

Mémoire et apprentissage perturbés :

C’est durant les cycles de sommeil que le cerveau se prépare à acquérir de nouvelles informations et à conforter sa mémoire. La perturbation de ces cycles entraîne une perte de mémoire et des difficultés à se remémorer des acquis récents. De plus, le risque de contracter la maladie d’Alzheimer est accru en cas de sommeil insuffisant.

Emotions exacerbées :

La fatigue induite par des nuits insuffisantes contribue à avoir les nerfs à fleur de peau et met l’esprit à mal. Cela s’explique par le fait que le manque de sommeil joue sur l’amygdale et le cortex préfrontal qui gèrent nos émotions.

Santé détériorée :

Le système immunitaire est autant impacté par le manque de sommeil que par le stress ou certaines pathologies car la production d’hormones n’est pas régulée correctement.

Un sommeil insuffisant prédispose à certains troubles : maladies cardiovasculaires, diabète, stress, obésité, etc. Il est prouvé que chaque heure de sommeil en moins voit le risque d’hypertension augmenter de 37 % environ.

Quelques conseils pour mieux dormir :

– Respecter son horloge biologique :

Il faut éviter de s’exposer à la lumière en fin de journée et, notamment, de diminuer l’usage des écrans dont la lumière bleutée favorise l’insomnie en retardant l’horloge biologique. Les écrans excitent le cerveau et prolongent l’éveil par le ralentissement de la sécrétion de mélatonine.

– Environnement favorable :

Idéalement, la température de la chambre doit se situer entre 18 et 20° car le corps doit se refroidir de quelques dixièmes de degrés pour se préparer au sommeil.

Il faut éviter toute source d’excitation. Les murs de la chambre peints d’une couleur douce contribueront à vous apaiser. L’obscurité permettra à votre horloge biologique le déclenchement de la sécrétion de mélatonine. Il faut, bien sûr, éteindre et débrancher tous les appareils émettant des ondes car ils perturbent l’activité de la glande pinéale, en charge de l’hormone du sommeil.

source: heureu.com

Commentaires

Commentaires

Inline
Inline